elenafilatova.com

Les quatre saisons 2009

Une fois, Oswald Spengler a dit que le monde antique mourait sans le savoir…, pas conséquent, il fallait profiter de chaque jour, même des derniers, comme si c’était un cadeau des dieux. Notre don à nous est bien entendu notre destin. Notre civilisation va mourir consciemment, disait-il, et chaque étape de sa décomposition sera surveillée comme l’est un patient sous l’observation d’un médecin expérimenté.

Une fenêtre ouverte sur la nature.

Il est évident que ce sont les derniers humains dans leurs villes et villages, après eux il n'y aura plus que la forêt.

Voici la maison où vivait une vieille femme jusqu’à cet été. Elle est morte et sa maison vide est encore intacte. Dans quelques années elle ressemblera à une maison fantôme.

Nous appelons cette saison l’automne doré.

En regardant bien, vous voyez une sorte de personnage fantomatique debout derrière la fenêtre. Il n’y a personne ici, c’est un village lointain, bel et bien mort.

Ces champignons sont comme les champignons de l’explosion d’une bombe atomique, mais en miniature.

Qu’est-ce qui retient les gens à Tchernobyl ? C’est l’espoir que la population reviendra vers ces endroits abandonnés. Aussi loin que je voyage dans les différents endroits de Tchernobyl, je communique avec les gens et j’entends toujours la même histoire, que la terre est déjà vendue et que des religieux sont sur le point de venir peupler ce territoire et que le gouvernement à prévu de construire de nouvelles villes et que la radiation est partie… Ce que je vois c’est que les gens espèrent en dépit de la réalité et que la réalité est qu’il en reste de moins en moins debout avec l’espoir de vivre.

Chaque fois que je passais à cet endroit j’avais l’habitude de me demander combien de temps cette église du 18ème siècle resterait debout sans personne pour s’en occuper. J’ai été très triste quand j’ai découvert que cette église n’existe plus… elle a brûlé, touchée de la foudre.

 

Les quatre saisons 2010 Album de Photos, Tchernobyl