Journal de Tchernobyl (Volume 5)
Page de l'auteur | La Ville Fantôme | La Terre des Loups | Printemps 2007 | Le Royaume de Pluton | Les quatre saisons 2009 | Les quatre saisons 2010 | Epilogue | Photos Haute Résolution et Vidéos |  Journal de Tchernobyl (Volume 1) | Journal de Tchernobyl (Volume 2) | Journal de Tchernobyl (Volume 3) | Journal de Tchernobyl (Volume 4) | Journal de Tchernobyl (Volume 6 - Fukushima) | Journal de Tchernobyl (Volume 7) | Glossaire | Ghost Town (30 ans après)

 
Fukushima

Regardons les choses en face ; avec le manque d’informations de la part des autorités japonaises et tant de choses en coulisses, nous sommes comme ces prisonniers, dans la proverbiale caverne de Platon, qui ne voient que l’ombre des choses de la vie réelle en surface. La rédaction de ce volume est comme un puzzle. Un puzzle avec beaucoup de pièces manquantes parce que le désastre est en cours. Ces notes sont peut-être chaotiques comme les jours où elles sont écrites.

En regardant les vidéos des explosions de la centrale nucléaire au Japon, j’ai immédiatement su que c’était une grande catastrophe, et que les informations n’ont pas été divulguées, et cela à une échelle inimaginable. Après un accident d’une telle ampleur, nous devrions nous éloigner de l’énergie nucléaire au profit des sources d’énergie durables et renouvelables, mais une fois de plus, la vérité nous a été volée. Combien de kilomètres carrés de terres inhabitables, de cas de cancer et de décès faut-il pour se rendre compte que ce n’est pas le meilleur moyen de produire de l’énergie ?

Il est difficile de faire une comparaison avec Tchernobyl, cet accident est un désastre à part entière. A Tchernobyl, vous aviez une seule explosion, qui a vomi des contaminants radioactifs mais qui mit efficacement fin à tous rejets de radiations venant d'une fission continue. Nous pouvons dire, qu'à Tchernobyl, le pic de la crise s'est produit quand le réacteur a explosé. Les déchets radioactifs ont été dispersés tout autour du réacteur, la fission nucléaire s'est arrêtée et en deux semaines il n'y eut plus ni incendies ni fumées. Les premières semaines ont été un cauchemar, mais ensuite les choses se calmèrent. Une fois le réacteur sous son tombeau, il n'y eut plus de rejet important de radiations. A Fukushima, Il y a 6 cuves de réacteur bouillantes et plusieurs tonnes de barres de combustibles brûlantes répandues qui peuvent potentiellement rester chaudes pendant des semaines et des mois et continuer de vomir de dangereux taux d'isotopes dans l'environnement. Il est parfaitement possible que les réacteurs à moitié détruits soient en état de fusion. Les radiations relâchées par la centrale nucléaire en détresse de Fukushima rivalisent déjà avec celles de Tchernobyl et ont, dans le futur, les capacités de devenir bien pires que celles de Tchernobyl.

Bien que les sociétés et les médias contrôlés par le gouvernement ne tiennent pas compte des niveaux astronomiques de radiations, nous pouvons toujours trouver des bribes d’informations intéressantes, même dans les rapports officiels… comme celui-ci d’il y a quelques jours — Un rayonnement 1.600 fois plus élevé que la normale a été détecté à 19 kilomètres (12 miles) de la centrale de Fukushima, rapporte l’AIEA – Kyodo News. Eh bien, la zone de sécurité est au-delà des 19 kilomètres (12 miles) et le taux de radiations est de 160 milli-roentgen par heure ! On a dit aux gens, dans de tels endroits, de rester à l’intérieur. Je souhaite que les autorités sauvent ces gens, mais au lieu de cela, le gouvernement japonais ne préserve que ses marchés.

Mars 2011

***********************

Regardez la photo du réacteur n° 3. Il est détruit, ressemblant à une bombe explosée et ne montrant que des décombres et que disent les autorités ? Deux semaines après l’explosion, ils disaient encore que le réacteur était intact. Il est tellement drôle d’imaginer que les autorités pensent que les "mots" peuvent remplacer ce que voient nos yeux.

On dit qu'à quelque chose malheur est bon, et quelques jours après l'accident les journalistes des médias de masse ont essayé de trouver le bon côté des champignons de nuages des réacteurs détruits. Ils ont parlé du câblage électrique et de son rôle important. Les gens ont été nourris avec les nouvelles des progrès sur l'installation électrique, mais à quoi sert un câble électrique en bon état dans un réacteur en ruines ? C'est à peu près comme une batterie bien chargée sur une voiture dont le moteur est rempli d'eau de mer et que toute l'électronique est aussi inondée d'eau de mer. Maintenant, ajoutez à cela que votre moteur a explosé et qu'une moitié est manquante et, enfin, que vous pourriez mourir si vous passez plus de 3 minutes à travailler sur votre voiture.

Permettez-moi de répondre à tous ceux concernés par le câblage, alors que vous avez un réacteur détruit entre les mains, avec les paroles de Chamfort — Avant d'ajouter des boutons aux manches de sa chemise, il faut déjà avoir une chemise.

Mars 2011

***********************

Deux semaines et demi après le désastre, les diverses chaînes de médias nous disent que du Plutonium a été trouvé à l'extérieur de la centrale nucléaire et, ce qui est vraiment intéressant, c'est que tous les trois plutonium 238, 239 et 240 ont été découverts le même jour. Je devrais plutôt dire dévoilés, parce que tous ces éléments étaient là depuis le début et ils le savaient. Ils nous ont juste donné les informations à petites doses homéopathiques.

 D'abord, ils nous ont parlé de l'iode 131, comme si aucun autre élément n'avait été libéré… en mentionnant toujours que la période de demi-vie de l'iode 131 n'est que de huit jours. Ils ont dit cela dans le souci de gagner du temps, parce que le grand public pense que la demi-vie est le temps qu'il faut pour que les produits chimiques s'évanouissent et disparaissent. La prochaine étape sera de nous présenter le Césium, le Ruthénium, le Strontium… tous marchant comme à la parade avec le Plutonium à la fin. La place d'honneur de ce défilé est massivement réservée à un roi. La demi-vie du Plutonium 239 dépasse 24.000 ans. Malheureusement, ces informations arrivent au grand public quand l'histoire n'est plus dans l'actualité.

 Interview au journal "IT-TORCA" (Malte)

Questions à Elena :

A votre avis, peut-on comparer le désastre de Tchernobyl à celui de Fukushima ? Pensez-vous que Fukushima soit pire ?

Comparer Tchernobyl à Fukushima, c'est comparer la gangrène au cancer. Pour nous, Tchernobyl est comme un membre perdu. Les ukrainiens, les biélorusses et les russes disposent de vastes territoires et nous nous sommes retirés de Tchernobyl, mais les japonais sont en cage avec un tigre. Ils sont totalement entourés par l'océan. Nulle part où aller… Fukushima affecte plus de gens, il les mange comme un cancer. Je peux déjà voir les énormes taches des métastases pourrissantes que les autorités japonaises tentent laborieusement de blanchir à la chaux.

La similitude entre les bureaucrates japonais et ceux d'Union Soviétique est tellement évidente. Je pense que c'est pire encore. Le peuple japonais semble avoir le désir presque génétique de se conformer à l'autorité. Ce désir de la population japonaise semble plus fort que l'instinct d'auto-préservation. Ils adhèrent à l'autorité, peu importe la dangerosité des actions menées par ceux qui en ont la charge. Il est certain que cela a aidé les japonais à accomplir leur réussite économique mais, après cette catastrophe nucléaire, cette adhésion s'avère être une complète malédiction…

Je suis vraiment désolée de dire cela, mais dans quelques courtes années, une nation aussi remarquable pour sa longévité que le Japon va se transformer en une nation malade avec de nombreuses malformations congénitales, des handicapés et des cortèges funéraires.

Las autorités japonaises cachent la vérité et maintiennent les gens dans leurs maisons radioactives dans un souci de sauver les marchés boursiers. Eh bien, je doute qu'ils sauvent le capital de la compagnie d'électricité TEPCO. Je ne sais ce qu'il adviendra des sociétés productrices d'automobiles et d'électronique, mais je suis sûre que les entreprises pharmacologiques se porteront très bien dans l'avenir au Japon.

Maintenant, 25 ans après, quels sont les effets de la catastrophe ?

Si nous parlons des effets de Tchernobyl à une grande échelle, regardons les statistiques. En 1986, la population d'Ukraine était de 52 millions d'âmes, maintenant, 25 ans plus tard, notre population est de moins de 46 millions d'âmes.

Sur une échelle plus restreinte, permettez-moi de vous dire que dans ma famille, il n'y a eu que des décès liés au cancer et à la leucémie. Notre famille vit à 130 kilomètres du réacteur. Il y a eu beaucoup de décès dus au cancer dans des familles d'amis et de voisins et nous n'avons pas de véritables statistiques. Toutes les statistiques officielles sont écrites par l'industrie nucléaire et ne doivent pas être prises au sérieux.

A quelles difficultés ont à faire face aujourd'hui ceux qui vivent encore dans la région de Tchernobyl ? (Je veux dire, est-il possible pour eux de cultiver la terre, ont-ils suffisamment de nourriture, ont-il des possibilités d'emploi ?)

Pour ceux qui vivent loin des grands axes, la principale difficulté est l'absence d'électricité. Il ne font pousser que quelques légumes, dans leur jardin, pour eux-mêmes. Les entreprises ont quitté les zones contaminées. Chaque fois que des investisseurs ont tenté de faire des projets dans la zone contaminée, ils ont échoué.

Le gouvernement peut toujours bien mettre en place un spectacle. Par exemple, sur la route Kiev-Tchernobyl, route qu'empruntent les délégations officielles, ils offrent des primes à la douzaine de familles dont les maisons bordent la route. Le gouvernement leur offre l'électricité. Cela impressionne ceux qui passent et leur fait croire que ce village est vivant et que la vie y est normale, mais si vous tournez au coin de la rue, vous verrez une dévastation complète. Pour répondre à votre question sur le travail des gens… eh bien, c'est l'occupation que j'ai vu ressembler le plus à un travail dans la région de Tchernobyl. Je veux dire que leur mission est quelque chose comme être la "façade de Tchernobyl".

Quel est votre message, aujourd'hui, au sujet de cette tragédie ?

Dans l'exemple de Fukushima; nous avons tous vu avec quelle rapidité les réacteurs dysfonctionnent dès que le système de refroidissement  est interrompu, puis suit l'explosion de l'hydrogène et la terre aux alentours du réacteur est empoisonnée pour des siècles. (A Tchernobyl, nous avons eu le même genre d'explosion thermonucléaire que celle de Fukushima). Maintenant, nous pouvons nous mettre dans la perspective d'un bombardement de réacteurs nucléaires.

Nous vivons dans le crépuscule de l'âge du pétrole. Le pétrole bon marché que nous avons apprécié ces 50 dernières années touche à sa fin. Les ressources se font rares et il y aura de grandes batailles pour les ressources restantes et, dans ces guerres à venir, les centrales nucléaires seront des cibles de choix. Je ne sais pas combien de temps il nous reste avant que l'enfer se déchaîne… Nous devons maintenant exiger la fermeture des installations nucléaires autour des grandes villes. Les réacteurs nucléaires ne sont rien d'autre que des bombes à retardement.

Victor Vella / IT-TORCA (Malte) / Avril 2011

 *********************** ***********************

Il est stupéfiant de voir comment le vol avec violence et le pillage deviennent un mode vie pour un groupe d'hommes dans une société…, comment certains profitent d'un système où les bénéfices sont monopolisés par une élite, mais où les pertes et les dommages sont assumés par la population. Frédéric Bastiat, un économiste du 19ème siècle a dit : "Quand le pillage devient un mode de vie pour un groupe d'hommes, ils créent pour eux-mêmes, au cours du temps, un système juridique qui autorise cela et un code moral qui le glorifie."

En regardant Fukushima, nous voyons ce système juridique au travail. Il autorise une élite fortunée à récolter de gros profits, à piller le patrimoine génétique d'une nation, et au moment où les choses tournent mal ils rejettent sur la population touchée la responsabilité de s'arranger avec les pertes et les dommages. Il est évident que le système juridique japonais est irrémédiablement séparé de la justice. Tepco et d'autres riches sociétés provoquent le meurtre en masse et la destruction des générations présentes et futures et ils n'y pas de lois contre elles.

2012

Depuis des années, on nous a dit que vivre à proximité des centrales nucléaires est sans danger. Aujourd'hui, il est démontré que c'est sans danger, en effet. Les gens qui vivaient dans un rayon de moins de 30 kilomètres de Fukushima ont été immédiatement évacués, alors que des millions de personnes entre 40 et 80 kilomètres sont abandonnés à être malades et à mourir.

***********************

Dans les pensées de La Rochefoucauld, il est dit que ni le soleil ni la mort ne peuvent être regardés fixement. Fin mai 2011, la plupart des gens, à travers le monde, s'est désintéressé de Fukushima. Ils semblent être las de leur propre impuissance et tournent le dos à la tragédie en cours quand il devient évident que cet empoisonnement radioactif est la mort à l'état pur.

Je crois qu'il doit y avoir une sorte de mécanisme de défense du cerveau.

Deux ans et demi.

Deux ans et demi se sont écoulés depuis que les réacteurs de Fukushima ont été détruits. J'ai décidé de mettre à jour mon journal et j'ai constaté que rien ne bougeait. Il n'y a pas de passé pour la crise des centrales nucléaires. Tchernobyl est un de ces faits dont Heinrich Heine disait – "Ist eine alte Geschichte doch bleibt sie immer neu." C'est une vieille histoire, mais elle reste toujours d'actualité.

***********************

Prenons les principaux accidents nucléaires, l'explosion de Maïak en Russie, Three Mile Island, Tchernobyl, Fukushima. Jusqu'où cette liste doit-elle s'allonger avant que l'humanité comprenne qu'avec le nucléaire nous allons de mal en pis et chaque accident, pris séparément quand il arrive, semble sans doute être quelque chose d'exceptionnel, mais le malheur en est généralement la règle. Toute l'industrie nucléaire est bâtie sur l'échec, devenant au fur et à mesure plus importante et plus catastrophique.

***********************

Deux ans et demi se sont écoulés et qu'ont-ils fait ? Jusqu'à présent, ils ont simplement relevé la limite acceptable des radiations pour nous rendre tous à nouveau sains et saufs.

… et nous pensions que les communistes n'étaient que des salauds cruels et nous les critiquions pour quelques jours de retard dans l'évacuation de la population de la région de Tchernobyl, mais à présent, nous voyons que les civils japonais sont lentement et silencieusement massacrés par les nucléocrates corporatifs. Cela continuera pendant des années jusqu'à ce que le Japon du Nord devienne une île fantôme peuplée de gringalets malades et mourants. Assez intelligents pour fabriquer des produits tels que Panasonic, Toyota et Honda, mais pas assez malins pour refermer la boîte de Pandore. Fukushima nous montre nos bons vieux dirigeants communistes sous une lumière favorable. Ils semblent comme des anges de miséricorde face à ces sociopathes malades et génocidaires de Tokyo. Je crois que le 'leadership' japonais n'a pas le choix, car il représente le 'business'. L'évacuation autour de Tchernobyl a été faite presque immédiatement. Pourquoi ? Parce que dans un Etat communiste il n'y avait pas de 'business' à défendre…

***********************

Génocide au ralenti. Un gouvernement tout entier dont la priorité absolue est de garder fonctionnels les sites de production au Japon et qui, après le 11 mars, au lieu de préserver la vie de ses enfants, s'est soucié de préserver ses marchés et s'est seulement inquiété de la livraison sans retard des pièces détachées de voitures à ses clients. Il n'y a aucun antécédent de cette sorte dans l'histoire de notre planète. C'est une première absolue. Même dans le pire des cauchemars d'enfer, personne n'aurait pu imaginer ce qui arrive réellement, et nous pouvons tous le suivre sur nos écrans plats de TV, en couleur haute définition...

***********************

Ceux qui lisent mes écrits dans ce journal remarqueront probablement que je n'utilise pas les statistiques qui nous sont toutes fournies par Tepco. Ils n'y disent que ce qu'ils ont envie de dire. La fumée de leurs mensonges est si épaisse que je ne peux pas lire entre les lignes. Je ne crois pas un mot de leur rapport. Il est impossible d'avoir un dialogue honnête avec les autorités nucléaires tout comme il est impossible de jouer aux cartes avec des tricheurs et des escrocs. Notre avenir collectif dépend maintenant de gens qui trichent pour vivre.

***********************

Pourquoi le Japon a-t-il pris un retard si important dans l'affectation de ses ressources et ne peut toujours pas mettre en place les moyens suffisants ? Je pense que nous pouvons mettre au crédit des Soviétiques leur politique de fer quant aux travaux forcés et à la mobilisation si rapide d'une énorme main d'œuvre humaine. La réponse massive des Soviétiques, amenant les liquidateurs à Tchernobyl, montre que seul un État totalitaire et gérant les travaux forcés peut efficacement répondre à un accident dans une centrale nucléaire. L'énergie nucléaire est incompatible avec la démocratie et le libre-marché. Là où les gens possèdent des biens et reçoivent des salaires décents, il y a trop à perdre et ces gens ne vont pas sacrifier leur vie aussi facilement que des esclaves. L'énergie nucléaire n'est pas compatible avec la liberté… car là où il y a une liberté de choix, les gens préfèrent vivre et rester à l'écart du travail dans une centrale nucléaire détruite.

***********************

Nous savons à présent ce qu'était cette combine de l'arrêt à froid. En mai 2011, Tepco annonçait que les réacteurs seraient arrêtés (cold shutdown) en décembre 2011. En attendant, le combustible fusait au travers de l'enceinte de confinement et au travers de la dalle de béton vers le sous-sol. Pendant ce délai de l'arrêt à froid, le mélange combustible et réacteur fondu était déjà sous les réacteurs. Il n'est pas étonnant que les températures soient stables dans les réacteurs, ils étaient vides…

Quand les chercheurs du futur viendront les approcher, ils frapperont à la porte de cette structure désintégrée de fraude et de contrefaçon et la trouveront complètement vide. Ce qu'ils trouveront sera un bouquet de trous fumants et Tepco nous fera passer ces trous pour des réacteurs.

Septembre 2013

***********************

Depuis le début du 21ème siècle, tous les gens épris de vérité et les peuples capables de penser et de juger ont reçu deux avertissements retentissants. Le premier fut la démolition systématique du World Trade Center le 11 septembre 2001 et le second s'est produit le 11 mars 2011. A l'époque de l'optimisme doré des années 90, nous pensions que l'Internet nous fournirait un accès rapide à l'information et que cela améliorerait la vie de nos sociétés. Nous pensions que le public, bien informé, serait davantage impliqué et redresserait les voies tortueuses des institutions et des gouvernements corrompus. Aujourd'hui, rien ne subsiste de cet optimisme. Nous voyons que, bien que mieux informés, nous sommes plus passifs que jamais. Notez que ces deux événements de dimensions bibliques des 11.09.01 et 11.03.11 sont survenus à l'époque d'Internet et que tous les deux sont une défaite complète de la bonne volonté des gens. Il y avait davantage de passion et d'engagement pour les causes sociales et politiques avant Internet. Tchernobyl, par exemple, a provoqué le gel de bien des projets nucléaires sur la planète et est resté un os en travers de la gorge des lobbys nucléaires pendant deux longues décennies. Fukushima n'a toujours pas provoqué de réaction, mais l'optimiste qui est en moi veut espérer que l'humanité va sortir de cette profonde léthargie et réagira décemment… car si nous ne le faisons pas, le prochain événement de taille biblique pourrait nous plonger dans un coma sans fin…

***********************

Une catastrophe nucléaire totale et un black-out complet des grands courants médiatiques, ils écrivent sur un éventuel pire scénario pour Fukushima mais ne se doutent pas que le pire est déjà arrivé et qu'il continue ; et les gouvernements mondiaux répondent par un silence malveillant. Je voudrai encourager tout le monde à une action, agir d'une manière ou d'une autre… essayez d'informer vos amis, vos voisins sur la situation réelle au Japon, ainsi lors de la prochaine catastrophe, vous ne vous sentirez pas un de ces esclaves dociles, docile comme l'humanité l'est devenue.

2 octobre 2013

Volume suivant